Si une image m’était contée : « Solitude »

Publié le Publié dans Si une image m'était contée

L'histoire...

Souvent les photographes (moi compris, par exemple dans ma précédente photo) parlent de leurs photos qu'ils planifient pendant des années... Et bien cette photo est l'exact opposé : une photo totalement opportuniste !

L'objectif initial était, avec mon ami de (in)fortune Matthieu Rieux, de profiter du lever de soleil un peu sous la tête Chevalière où les crêtes sont magnifiques, surtout avec une mer de nuages à cette altitude. Après une nuit relativement fraîche passée dans la cabane du Pas de l'Essaure, départ pour rejoindre le point de vue. Je ne sais pas si en tant qu'accompagnateur en montagne je fais bien de le dire, mais nous nous sommes complètement plantés en essayant de skier « à vue » pour le rejoindre. En effet, de nuit, dans les nuages, avec de la neige fraîche et des micro-reliefs un peu partout typiques des Haut-Plateaux du Vercors, en l'espace de 15 minutes nous nous dirigions... dans la direction opposée ! Comme quoi, lorsque les conditions météo ne sont pas très bonnes, un GPS (bien entendu une boussole aurait aussi fait l'affaire ici, mais lorsque l'on veut aller vite, le GPS reste le plus efficace...) s'avère toujours très utile, même pour les personnes ayant l'habitude comme nous...

Nous arrivons finalement donc au point de vue un peu au sud sous la Tête Chevalière, et je prends les photos que je souhaitais faire, mais finalement ce sera ce vol de chocards juste au-dessus de la mer de nuages que je retiendrai de cette sortie... Deux chocards qui donnent un peu mieux la dimension de ce paysage...

 

La technique...

Pour les considérations techniques, bien qu'au format 2:3 cette photo est tout de même un assemblage de trois images afin de pouvoir la tirer en grand et bien ressentir cette dimension... Dans cette situation-là, il faut être relativement sûr de ses réglages et opérer relativement vite : la magie des logiciels d'assemblage fait ensuite le reste, avec un peu d'huile de coude si nécessaire. Lorsque je parlais dans mon billet précédent d'éviter d'utiliser un trépied lorsque cela est possible, je pensais typiquement à ce genre de scènes qui nécessitent une certaine réactivité : le trépied n'empêche pas de faire certaines photos lorsque l'on est efficace avec son matériel, mais en tout cas il n'aurait clairement pas aidé... et le but n'est pas de se compliquer la tache inutilement, non ?

 

À voir dans mon expo « Monts et Merveilles »  ou... dans votre salon si vous souhaitez commander un tirage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *